Notre-Dame de Neubois, le Lourdes Alsacien

"Mudergottes Brennela"


Des apparitions de la Vierge Marie à Neubois
L'endroit où eurent lieu les apparitions est à deux kilomètres du village de Neubois, appelé à l'époque Krüth, à mi-hauteur de la montagne, et à égale distance des ruines du château du Frankenbourg. Il y a à l'endroit une vaste clairière, au milieu de la forêt, d'où l'on jouit d'un magnifique panorama. D'un côté on aperçoit la commune de Scherwiller et le château de l'Ortenbourg. Avant d'entrer dans la clairière, on voit du regard de nombreux villages, dont Thanvillé, Saint-Pierre-Bois et l'église de Saint-Gilles perchée un peu au-dessus des deux villages. Plus haut on aperçoit les cimes de l'Ungersberg. D'un autre côté on voit le Val de Villé parsemé de villages. Aujourd'hui à la clairière se trouve une statue de la Madone, une statue de l'Archange Saint Michel terrassant le dragon, une petite statue de Saint-Joseph, une chapelle avec une grande croix et un chemin de croix avec ses douze stations. C'est à cet endroit selon la légende que serait apparue la Sainte Vierge. En 1872, quand commencèrent les apparitions, l'Alsace était annexée à l'Allemagne depuis plus d'un an et le nom le plus usuel du village était celui de Krüth. A la vérité le village a trois noms: Neubois, Krüth, Geruth est le nom allemand. En ce dimanche 7 juillet 1872, après les vêpres, quatre fillettes âgées de 7 à 11 ans se promènent au pied du Schlossberg, à la recherche de myrtilles [1] . Soudain, une dame blanche portant sur la tête une couronne d'or, s'avance vers elles. Effrayées, elles s'enfuient à toutes jambes. C'est la première apparition de toute une série qui mettra en émoi le paisible village de Neubois. Effectivement, dans les jours et les mois qui suivent, d'autres enfants, mais aussi des adultes, sont persuadés d'avoir vu la Vierge Marie ou aperçu "la dame blanche", seule ou entourée d'anges ou ... de soldats. La nouvelle de ces phénomènes extraordinaires se répand comme une traînée de poudre dans toute l'Europe centrale et méridionale, mais surtout en Allemagne et en France. Un des lieux d'apparition s'appelait Krittacker, acker veut dire champ. Le village était semble-t-il situé plus haut dans la montagne.


La montagne des apparitions
Les différents endroits où les apparitions eurent lieu sont situés en dehors du village sur le flanc d'une montagne au sommet de laquelle on aperçoit le château du Frankenbourg situé à 703 mètres d'altitude. Cette montagne est couverte de bois jusqu'au sommet. Il faut d'ailleurs faire une distinction entre les deux noms: Frankenberg est le nom de la montagne et Frankenbourg est le nom du château. Le château du Frankenbourg date de l'époque féodale et a été construit suivant les principes militaires du XIe siècle. Cela n'exclut pas l'hypothèse qu'un autre château ait pu exister antérieurement au même endroit à l'époque franque. Ce qui est certain, c'est l'existence d'une forteresse sur la montagne du temps des Romains. Des monnaies constantiniennes trouvées au Frankenbourg entre deux enceintes prouveraient que les romains auraient aménagé un système défensif confirmant ainsi la position stratégique du lieu et l'opportunité de fortifications. Il est probable que lors des combats opposant Francs et Alamans ces derniers ont utilisés les constructions romaines qui existaient à cet endroit. La tradition veut que ce soit Clovis qui a fait construire le château du Frankenbourg et que son épouse Sainte Clotilde y ait prié pour obtenir la victoire de son mari pendant la bataille de Tolbiac. Plusieurs historiens ont attesté cette version. L'abbé Nartz a écrit "Sigebert cousin de Clovis qui régnait à Cologne, appela à son secours contre les envahisseurs le roi des Francs Saliens Clovis. La bataille s'engagea près de Tolbiac (Zulpich) selun les uns, près d'Argentorat pour les autres. Le Tolbiac serait d'après certains historiens près de Cologne, pour d'autres près de Strasbourg. Ces diverses hypothèses conduisent à penser qu'il pourrait y avoir plusieurs Tolbiac et de ce fait il est souvent difficile dans les brumes du passé d'identifier le lieu réel des combats d'autrefois. Certains ont même avancé le nom de Scherwiller à des traces de bataille ont été trouvées comme l'emplacement probable du véritable Tolbiac.[2].

Ces évènements des apparitions sont relatés abondamment dans la presse locale et nationale et repris dans des brochures, ce qui ne fait qu'amplifier le phénomène. Neubois connaît alors une affluence populaire extraordinaire; au mois de janvier 1873, le Reichsbahn vend plus de 80 000 billets de chemin de fer à destination du Val de Villé.

Apparitions de la Sainte-Vierge à Krüth (Neubois)

par un Alsacien, éditions de 1873

Cliquez et tournez les pages avec les flèches à droite

(Suite de l'exemplaire de la bibliothèque de l'université de Harward, USA, numérisé et accessible en ligne)


Une source à l'eau miraculeuse" est découverte. Plusieurs personnes prétendent avoir été guéries. Les conditions sont donc remplies pour que Neubois devienne le Lourdes alsacien!. Cette arrivée massive de gens commence à inquiéter l'administration allemande surtout que ces apparitions se teintent d'allusions et de propagande politiques: la Sainte Vierge viendrait pour libérer l'Alsace du joug prussien! A Paris est édité, en 1874, une brochure au nom évocateur: "La résurrection de la France et le châtiment de la Prusse, prédits par Marie en Alsace". L'armée est chargée d'interdire l'accès du lieu des apparitions, puis de l'ensemble du ban communal. Les autorités religieuses restent très prudentes et sceptiques et conseillent la même attitude au chargé d'âmes de la paroisse, notamment à l'abbé Michel Ulrich qui recueille, avec une certaine naïveté, les témoignages des "voyantes" de sa paroisse. Le curé Alphonse Adam, qui lui succède en novembre 1876, puis l'abbé Boersch, à partir de 1879, prêtent une oreille moins attentive aux dépositions des visionnaires qui se font plus rares; par un patient et minutieux travail d'enquête, ils réussissent à montrer que ces apparitions sont nées de l'imagination des enfants, qui les uns après les autres, se sont rétractés. Peu à peu le village retrouve sa sérénité. Aujourd'hui une petite chapelle rénovée s'élève dans la forêt, près de la source "Mudergottes Brennela"; elle rappelle aux promeneurs et aux pèlerins ces évènements "surnaturels". L'érection à Neubois, en 1883, de la "Confrérie du Rosaire Vivant", a-t-elle des liens avec ces apparitions ? De nos jours, le culte marial connaît dans le village une dévotion particulière et continue à attirer des pèlerins venus de près ou de loin [3].

1. Les quatre petites filles se nommaient: Odile Martin née le 10 mai 1861, Marie Marcot née le 4 juin 1862, Philomène Otzenberger née le 23 décembre 1862, Léonie Martin née le 12 juillet 1864. Elles étaient respectivement âgées de 11 ans, dix ans, neuf ans et demi et sept ans et demi

2. Georges Tessier identifie catégoriquement Tolbiac à Zülpuch - Georges Tessier: le baptême de Clovis, Gallimard, 1970, p.124

3. G. Hirschfell: Apparitions à Neubois in A.S.H.V.V., 1984, pp.37-55

 

Source : Wikipedia.

 

Prières en Alsacien


Notre Père

Vàdder unser em Hemmel,
ghäiligt sej Diner Nàmme,
din Räich soll kumme,
dine Wille gschahn, em Hemmel wie uf Arde.
Geb uns hit unser dajli Brot,
un vergeb uns unseri Schuld
wie äu mer vergan en unsere Schuldiger,
un fiehr uns net en Versüechung,
awer erlees uns vum Beese.
Amen.


Unser Vàdder (autre version)

Unser Vàdder wo im Himmel isch

Heilig sei dinner Nàmme

Din Reich soll komme

Dinner Wille soll geschehn

Wie im Himmel au uf de Ard

unser däjlich Brot gib uns hit

un vergib uns unseri Schulde

wie mir au denne vergebe wo uns schuldig sinn

un loss uns nitt in Versuchung komme

àwwer màch uns frei von àllem

wàs schlecht isch.

Amen.

 


Je Vous salue Marie

Ich griess dich Maria
Dü bisch von Gott begnàdet
Der Herr isch mit dir
Dü bisch gebenedeit unter àlle Fraue
Un din Kind wu dü trààsch Isch gebenedeit.
Heiligi Maria, Müeter Gottes,
bitt füer uns àrmi Sinder
Jetzt un in der Stund von unserem Tod.
Amen.

 

Foyer de Charité "le Domaine du Windeck" à Ottrott (67530)

 

Proverbe :
D''lieb bring d''lieb.
      L'amour apporte l'amour.


S'ELSASSISCHA WÄRTERBÜACH
Vum frànzescha zum elsassischa
Vum elsassischa zum frànzescha


Dictionnaire Français-Alsacien et

Alsacien-Français à télécharger


Région Alsace


Nouvelles du Journal l'Alsace


Actualités régionales du Journal DNA


France Bleu Alsace en direct


Radio Dreyeckland en direct


France 3 Alsace

Journal France 3 Région en direct

 

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (1)

1. Patrick (site web) 24/03/2011

Trois Epis, Alsace, France, 1491.

Une apparition de la Vierge aurait eu lieu dans une forêt en 1491, à 10 heures du matin : Dietrich Schoéré, un forgeron du village, qui traversait la forêt, s'était mis à genoux devant une image de Jésus Crucifié, quand il a vu dans une lumière brillante la Sainte Vierge vêtue d'une grande robe, d'un manteau et d'un voile blanc.
Dans Sa main, elle tenait un glaçon. Le glaçon serait le signe de la gelée, de la grêle et de la pluie. Dans Sa main droite se trouvaient trois épis sur une même tige. La Vierge lui a parlé pour demander aux habitants de se débarrasser des mauvaises empreintes de leur vie passée et de faire pénitence. N'ayant rien dit à personne, il est allé acheter un sac de blé mais ne parvint pas à le soulever. Même avec l'aide de ses compagnons, il ne pouvait pas soulever le sac. Il comprit qu'il lui fallait révéler les événements et les messages de la Vierge. L'ayant fait, il a facilement réussi à lever lui-même le sac de blé. Une Chapelle a été construite, le Sanctuaire des Trois épis et, depuis ce temps, les pèlerins viennent de toute l'Europe et d'ailleurs.

http://pjsfelix.unblog.fr/2008/02/02/les-apparitions-de-la-siante-vierge-marie/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 

 

 


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×