Créer un site gratuitement Close

Mort de la Sainte-Vierge d'après les visions d'Anne-Catherine Emmerick

Mort de la Sainte-Vierge

(Les communications suivantes, qui eurent lieu en diverses années, presque toujours au milieu d'août avant la fête de l'assomption ont été rangées ici dans leur ordre naturel.)

En novembre 1890, les Pères Lazaristes de la résidence de Smyrne eurent l'idée de faire des recherches dans les environs d'Ephèse en s'aidant des indices topographiques de cet ouvrage et furent assez heureux pour finir par découvrir cette Maison de la Sainte Vierge dont les détails concordaient avec la description de C. Emmerich.

Un procès-verbal de l'archevêque de Smyrne Mgr. Timoni et les relations d'explorateurs très compétents comme le Père Eschbach, supérieur du séminaire français de Rome ont atteste l'identité frappante du lieu et des ruines confirmée par les traditions locales que de temps immémorial appelaient cette maison Panaghia Capouli ou Porte de la Vierge.

(Note de l'éditeur.)

I - Sur l'âge de Marie.

- Elle va avec saint Jean à Ephèse.
- Description du pays.

Le 13 août 1822, la soeur dit : " J'ai eu cette nuit une vision relative à la mort de la sainte Vierge, mais j'ai presque tout oublié ". Comme on lui demandait quel âge pouvait avoir alors la sainte Vierge. elle jeta tout à coup un regard de côté et dit : " Elle est arrivée à l'âge de soixante-quatre ans moins vingt-trois jours. J'ai vu six fois près de moi la lettre X, puis 1, puis Y ; cela ne fait il pas soixante-quatre ? Après l'ascension de Notre Seigneur Jésus-Christ, Marie vécut trois ans à Sion, trois ans à Béthanie et neuf ans à Ephèse, où Jean l'avait conduite peu après que les Juifs eurent exposé sur la mer Lazare et ses soeurs.

Il est digne de remarque que jamais un nombre ne lui était présenté avec les chiffres arabes ordinaires, qui, seuls, lui étaient familiers, mais que, dans toutes ses visions concernant l'Eglise romaine, elle ne voyait que des chiffres romains.

En juillet 1822 à ,l'occasion de l'apôtre saint Jacques le Majeur, qui, en partant pour l'Espagne, avait visité Marie à Éphèse, elle dit que saint Jean conduisit Marie dans cette ville ; c'était au commencement de la quatrième année après l'Ascension autant qu'elle sen souvenait. Le 13 août 1822, elle dit que c'était dans la sixième année. Des différences de ce genre se présentaient souvent quant elle voyait les chiffres IV ou VI, qu'elle confondait fréquemment. C'est au lecteur à juger de ce qui peut avoir occasionné ces changements.

Marie ne demeurait pas à Ephèse même. mais dans les environs, où s'étaient établies déjà plusieurs femmes de ses amies. Son habitation était située à trois lieues et demie d'Ephèse, sur une montagne qu'on voyait à gauche, en venant de Jérusalem, et qui descendait rapidement vers Éphèse. En venant du sud-est, on aperçoit la ville comme ramassée au pied d'une montagne, mais on la voit s'étendre tout autour à mesure qu'on s'avance. Devant Ephèse, se trouvent de grandes allées d'arbres. sous lesquels des fruits jaunes se trouvent par terre. Un peu au midi, d'étroits sentiers conduisent sur une hauteur couverte de plantes sauvages ; puis, on trouve une plaine ondulée et couverte de végétation qui a une demi lieue de tour : c'était là que s'était fait cet établissement. C'est une contrée très solitaire, avec beaucoup de collines agréables et fertiles, et quelques grottes creusées dans le roc, au milieu de petites places sablonneuses. Le pays est sauvage, sans être stérile ; il y a ça et là beaucoup d'arbres à forme pyramidale, dont le tronc est lisse et dont les branches ombragent un large espace.

Lorsque saint Jean conduisit là la sainte Vierge, pour laquelle il avait fait construire une maison d'avance, quelques familles chrétiennes et plusieurs saintes femmes résidaient déjà dans cette contrée ; elles demeuraient, les unes sous des tentes, les autres dans les grottes qu'on avait rendues habitables à l'aide de quelques charpentes et de quelques boiseries. Elles y étaient venues avant que la persécution n'eût éclaté dans toute sa violence. Comme elles tiraient parti des grottes qui se trouvaient là et des facilités que présentait la nature des lieux, leurs demeures étaient de vrais ermitages, séparés souvent d'un quart de lieue les uns des autres ; et cette espèce de colonie présentait l'aspect d'un village dont les maisons seraient dispersées à de grands intervalles. La maison de Marie était la seule qui fût en pierre. A quelque distance, derrière cette maison, le terrain s'élevait et aboutissait, à travers des rochers, au point culminant de la montagne, du haut de laquelle, par delà les collines et les arbres, on voyait la ville d'Éphèse et la mer avec ses nombreuses îles. Et lieu était plus voisin de la mer qu'Éphèse elle-même, qui en était à une certaine distance. La contrée était solitaire et peu fréquentée. Il y avait dans le voisinage un château où demeurait un personnage qui était, si je ne me trompe, un roi dépossédé. Saint Jean je visitait souvent, et il le convertit. Cet endroit devint, plus tard un évêché. Entre cette résidence de la sainte Vierge et Éphèse, serpentait une rivière qui faisait des détours innombrables.

II - La maison de Marie à Ephèse.

La maison de Marie était carrée ; la partie postérieurs se terminait en rond ou en angle ; les fenêtres étaient pratiquées à une grande hauteur ; le toit était plat. Elle était séparée en deux parties par le foyer, qui était placé au milieu. On allumait le feu en face de la porte, dans l'excavation d'un mur, terminé des deux côtés par des espèces de degrés qui s'élevaient jusqu'au toit de la maison. Dans le centre de ce mur, courait, à partir de l'âtre jusqu'au haut, une excavation semblable à un demi tuyau de cheminée, où la fumée montait et s'échappait ensuite par une ouverture pratiquée dans le toit. Au-dessus de cette ouverture, je vis un tuyau de cuivre oblique qui dépassait le toit.

Cette partie antérieure de la maison était séparée de la partie qui était derrière l'Atre par des cloisons légères en clayonnage. Dans cette partie, dont les murs étaient assez grossièrement construits et un peu noircis par la fumée, je vis des deux côtés de petites cellules formées par des cloisons en branches entrelacées. (quand on voulait en faire une grande salle, on défaisait ces cloisons qui étaient peu élevées, et on les mettait de côté. C'était dans les cellules en question que couchaient la servante de Marie et d'autres femmes qui lui rendaient visite.

A droite et à gauche du foyer, de petites portes conduisaient à la partie postérieure de la maison, qui était peu éclairée, terminée circulairement ou en angle, du resta très proprement et très agréablement disposée. Tous les murs étaient revêtus de boiseries, et le haut formait une voûte. Les poutres qui la surmontaient, liées entre elles par d'autres solives et recouvertes de feuillage, avaient une apparence simple et décente.

L'extrémité de cette pièce, séparée de reste par un rideau, formait la chambre à coucher de Marie. Au centre du mur se trouvait, dans une niche, comme un tabernacle qu'on faisait tourner sur lui-même au moyen d'un cordon, selon qu'on voulait l'ouvrir ou le fermer. Il y avait une croix longue à peu près comme le bras, de la forme d'un Y, ainsi que j'ai toujours vu la croix de Notre seigneur Jésus-Christ. Elle n'avait pas d'ornements particuliers, et était à peine entaillée, comme les croix que viennent aujourd'hui de la Terre Sainte. Je crois qui saint Jean et Marie l'avaient arrangée eux-mêmes. Elle était faite de différentes espèces de bois. Il me fut dit que le tronc, de couleur blanchâtre, était en cyprès ; l'un des bras, de couleur brune, en cèdre ; l'autre bras, tirant sur le jaune, en palmier ; enfin, l'extrémité, avec la tablette, en bois d'olivier jaune et poli. La croix était plantée dans un support en terre ou en pierre, comme la croix de Jésus dans le rocher du Calvaire. A ses pieds se trouvait un écriteau en parchemin où était écrit quelque chose : c'étaient, je crois, des paroles de Notre-Seigneur. Sur la croix elle-même, était l'image du Sauveur, tracée simplement par des lignes de couleur foncée, afin qu'on put bien la distinguer. J'eus aussi connaissance des méditations de Marie sur les différentes espèces de bois dont elle était faite. Malheureusement, j'ai oublié ces belles explications. Je ne sais pas non plus maintenant si la croix du Christ était réellement faite de ces diverses espèces de bois ; ou si cette croix de Marie avait été ainsi faite pour fournir un aliment à la méditation. Elle était placée entre deux vases pleins de fleurs naturelles.

Je vis aussi un linge posé près de la croix, et j'eus le sentiment que c'était celui avec lequel la sainte Vierge, après la descente de crois, avait essuyé le sang qui couvrait le corps sacré du Sauveur. J'eus cette impression, parce qu'à la vue de ce linge cet acte de saint amour maternel fut présenté devant mes yeux. Je sentis, en même temps, : que c'était comme le linge avec lequel les prêtres purifient le calice quand ils ont bu le sang du Rédempteur dans le saint sacrifice ; Marie, essuyant les blessures de son Fils, me parut faire quelque chose de semblable ; et, du reste, dans cette circonstance, elle avait pris et plié de la même manière le linge dont elle se servait. J'eus la même impression en voyant ce linge prés de la croix.

A droite de cet oratoire, était la cellule où reposait la sainte Vierge, et, vis-à-vis de celle-ci, à gauche de l'oratoire, un autre petit réduit où étaient disposés ses vêtements et ses effets. De l'une à l'autre de ces cellules, était tendu un rideau qui cachait l'oratoire placé entre elles. C'était devant ce rideau que Marie avait coutume de s'asseoir quand elle lisait ou travaillait.

La cellule de la sainte Vierge s'appuyait par derrière à un mur recouvert d'un tapis ; les cloisons latérales étaient en clayonnage léger, qui ressemblait à un ouvrage de marqueterie. Au milieu de la cloison antérieure, qui était couverte d'une tapisserie, se trouvait une porte légère, à deux battants, qui s'ouvrait à l'intérieur. Le plafond de cette cellule était aussi en clayon. nage, qui formait comme une voûte au centre de laquelle était suspendue une lampe à plusieurs branches. La couche de Marie était une espèce de coffre creux, haut d'un pied et demi, de la largeur et de la longueur d'un lit ordinaire de petite dimension. Les côtés étaient recouverts de tapis qui descendaient jusqu'au sol et qui étaient bordés de franges et de houppes. Un coussin rond servait d'oreiller, et un tapis brun à carreaux de couverture. La petite maison était voisine d'un bois et entourée d'arbres à forme pyramidale. C'était un lieu solitaire et tranquille, Les habitations des autres familles se trouvaient à quelque distance. Elles étaient dispersées ça et là et formaient comme un village.

III - Manière de vivre de Marie. Saint Jean lui donne la sainte Eucharistie. Chemin de la Croix.

La sainte Vierge habitait seule avec une personne plus jeune, qui la servait et qui allait chercher le peu d'aliments qui leur étaient nécessaires. Elles vivaient dans le silence et dans une paix profonde. Il ne se trouvait pas d'hommes dans la maison. Souvent, un disciple en voyage venait les visiter.

Je vis fréquemment entrer et sortir un homme que j'ai toujours cru être saint Jean ; mais ni à Jérusalem ni ici il n'était longtemps de suite dans le voisinage. Il allait et venait. Il était vêtu autrement que du vivant de Jésus. Il portait une robe à longs plis, d'une étoffe légère d'un blanc grisâtre. Il était très svelte et très leste, avait une belle figure allongée et maigre ; sa tête était nue, et sa longue chevelure blonde partagée derrière les oreilles. Par comparaison avec les autres apôtres, il avait quelque chose d'un peu féminin et de virginal.

Je vis Marie, dans les derniers temps de sa vie, toujours plus silencieuse et plus recueillie ; elle ne prenait presque plus de nourriture. Il semblait que son corps seul fût encore sur la terre, et que son esprit fût habituellement ailleurs. Dans les semaines qui précédèrent sa fin, je la vis faible et vieillie ; sa servante la soutenait et la conduisait dans la maison.

Je vis Jean entrer une fois chez elle ; lui aussi paraissait très vieilli. Il était maigre et élancé. En entrant, il avait relevé dans sa ceinture sa longue robe blanche à grands plis. Il défit cette ceinture et en mit une Autre qu'il avait sous son vêtement, et sur laquelle étaient tracées des lettres. Il avait une étole autour du cou et une espèce de manipule au bras. La sainte Vierge, appuyée sur le bras de sa servante et enveloppée dans un vêtement blanc, sortit de sa chambre à coucher. Son visage était blanc comme la neige, et pour ainsi dire diaphane. Elle paraissait comme soulevée de terre par un ardent désir. Depuis l'ascension de Jésus, tout son être exprimait un désir toujours croissant et qui la consumait de plus en plus. Jean et elle se retirèrent dans l'oratoire. Elle tira un cordon ou une courroie ; le tabernacle, qui était dans le mur, tourna sur lui-même, et la croix qui s'y trouvait se montra. Quand ils eurent prié à genoux devant elle pendant un certain temps, Jean se leva, tira de son sein une boite de métal qu'il ouvrit par le côté, y prit une enveloppe de laine fine, sans teinture, et dans cette-ci un linge blanc plié d'où il tira le Saint Sacrement en forme de particule blanche carrée. Il prononça ensuite quelques paroles d'un ton grave et solennel, et donna l'Eucharistie à la sainte Vierge. Il ne lui présenta pas de calice.

A quelque distance derrière la maison, sur le chemin qui menait au sommet de la montagne, la sainte Vierge avait disposé une espèce de chemin de la Croix. Quand elle habitait Jérusalem, elle n'avait jamais cessé, depuis la mort de son Fils, de suivre sa voie douloureuse, et d'arroser de ses larmes les lieux où il avait souffert. Elle en avait mesuré pas à pas tous les intervalles, et son amour ne pouvait se passer de la contemplation incessante de ce chemin de douleur.

Peu de temps après son arrivée ici, je la vis journellement se livrer à ces méditations sur la Passion, en suivant le chemin qui conduisait au haut de la montagne. Au commencement elle y allait seule, et elle mesurait, d'après le nombre des pas qu'elle avait si souvent comptés, la distance entre les diverses places où avait eu lieu quelque incident de la Passion du Sauveur. A chacune de ces places elle érigea une pierre ; ou, s'il s'y trouvait un arbre, elle y faisait une marque. Le chemin conduisait dans un bois, où un monticule représentait le Calvaire ; et une petite grotte dans un autre monticule, le Saint Sépulcre.

Quand elle eut divisé en douze stations ce chemin de la Croix, elle le suivit avec sa servante, plongée dans une contemplation silencieuse. Elles s'asseyaient à chacun des endroits qui rappelaient un épisode de la Passion, en méditaient dans leur coeur la signification mystérieuse, et remerciaient le Seigneur de son amour, en versant des larmes de compassion. Plus tard, elle arrangea mieux les stations. Je la vis écrire, avec un poinçon, sur chacune des pierres, l'indication du lieu qu'elle représentait, le nombre des pas et d'autres choses semblables. Je la vis aussi nettoyer la grotte du Saint Sépulcre, et la disposer de manière à ce qu'on pût y prier commodément.

Je ne vis pas à ces stations d'image, ni même de croix à demeure fixe. C'étaient de simples pierres commémoratives, avec des inscriptions. Mais avec le temps tout cela fut de mieux en mieux ordonné et arrangé ; même après la mort de la sainte Vierge, je vis ce chemin de la Croix fréquenté par des chrétiens qui s'y prosternaient et baisaient la terre.

IV - Voyage de Marie Éphèse à Jérusalem.

- Sa maladie dans cette dernière ville.
- Bruit de sa mort et origine du tombeau de la sainte Vierge à Jérusalem.

Après la troisième année de son séjour ici, Marie eut un grand désir d'aller à Jérusalem. Jean et Pierre l'y conduisirent : je crois que plusieurs apôtres s'y trouvaient rassemblés. J'y vis saint Thomas ; je crois qu'il y eut un concile, que Marie y assista, et qu'ils prirent ses avis'.

A leur arrivée, je les vis le soir, à la lueur du crépuscule, visiter, avant d'entrer dans la ville, le mont des Oliviers, le Calvaire, le Saint Sépulcre et tous les saints lieux qui sont autour de Jérusalem. La Mère de Dieu était si affligée et si émue qu'elle pouvait à peine se tenir debout. Jean et Pierre la conduisaient en la soutenant sous les bras.

Elle quitta une autre fois Éphèse, un an et demi avant sa mort. Alors aussi je la vis visiter les saints lieux pendant la nuit, en compagnie des apôtres. Elle était accablée d'une tristesse indicible et disait sans cesse en soupirant : " O mon Fils ! mon Fils " ! Quand elle arriva à la porte de derrière de ce palais où elle avait vu Jésus tomber sous le poids de la croix, l'impression de ce souvenir douloureux la fit tomber elle-même sans connaissance, et ses compagnons crurent qu'elle allait expirer. On la porta au Cénacle, où elle habitait dans les bâtiments antérieurs. Pendant plusieurs jours, elle resta si faible et si malade et elle eut de si fréquents évanouissements, qu'on s'attendait à chaque instant à la voir mourir, et qu'on pensa a lui préparer un tombeau. Elle-même choisit pour cela une grotte de la montagne des Oliviers, et les apôtres y firent préparer un beau sépulcre par un ouvrier chrétien '.

Cependant on avait dit plusieurs fois qu'elle était morte. Le bruit de sa mort et de sa sépulture à Jérusalem se répandit alors en d'autres lieus. Mais, quand le tombeau fut achevé, elle guérit et se trouva assez forte pour revenir à sa demeure d'Ephèse, où elle mourut réellement au bout d'un an et demi.

Comme elle avait déjà dit antérieurement que Marie était allée deux fois d'Éphèse à Jérusalem, il est possible qu'elle ait fait une confusion entre le premier et le second voyage, quant à ce qui touche le concile.

Nous nous souvenons de lui avoir entendu dire une autre fois que saint André travailla aussi à ce tombeau.

On honora toujours le tombeau préparé pour elle sur la montagne des Oliviers ; on y bâtit plus tard une église, et Jean Damascène (c'est le nom que j'ai entendu en esprit, mais je ne sais qui est ce personnage) écrivit, d'après des traditions orales, qu'elle était morte et qu'elle avait été ensevelie à Jérusalem.

Dieu a laissé tout ce qui concerne sa mort, son tombeau, son assomption dans le ciel, devenir seulement l'objet d'une tradition incertaine, afin de ne pas donner entrée dans le christianisme au sentiment paien encore si puissant à cette époque ; car on se serait facilement laissé aller à adorer Marie comme une déesse.

V - Ephèse. Parents et amies de la sainte Famille vivant dans la colonie chrétienne.

Parmi les saintes femmes qui vivaient dans la colonie chrétienne voisine d'Éphèse, et qui étaient souvent prés de Marie, se trouvait une nièce de la prophétesse Anne. Avant le baptême de Jésus, je l'avais vue une fois aller à Nazareth avec Séraphia (Véronique). Cette femme était alliée à la sainte Famille par Anne, qui était parente de la mère de Marie et plus proche encore d'Élisabeth, fille de la soeur de celle-ci.

Une autre femme, parmi celles qui vivaient autour de Marie, et que j'avais vue aussi aller à Nazareth avant le baptême de Jésus, était une nièce d'Elisabeth, qui s'appelait Mara. Voici comment elle étais parente de la sainte Famille. Ismeria, mère de sainte Anne, avait une soeur appelée Emerentia, laquelle avait eu trois filles : Élisabeth, mère de saint Jean-Baptiste ; Enoué, qui était chez sainte Anne lors de la naissance de la sainte Vierge, et Rhode, mère de cette Mara dont il est question ici.

Rhode s'était mariée loin du pays de sa famille. Elle demeura d'abord dans les environs de Sichem, puis à Nazareth et à Kessuloth, près du mont Thabor. Outre Mara, elle avait deux autres filles, dont l'une avait pour enfants des disciples de Jésus. Un des deux fils de Rhode fut le premier mari de Maroni, qui, restée veuve et sans enfants, épousa Eliud, neveu de la mère de sainte Anne, et s'établit à Naim, où elle devint veuve pour la seconde fois. Elle avait eu de cet Eliud un fils que le Sauveur ressuscita. Il devint disciple de Jésus et fut baptisé sous le nom de Martial.

Mara, fille de Rhode, qui fut présente à la mort de Marie, s'était mariée dans le voisinage de Bethléhem. Nathanael, le fiancé de Cana, était, à ce que je crois, un fils de cette Mara, et il reçut au baptême le nom d'Amator. Elle avait encore d'autres fils : tous furent disciples de Jésus.

VI - La Sainte Vierge visite pour la dernière fois le chemin de le Croix érigé par elle.

(Le 7 août 1824.) Hier et cette nuit, j'ai été très occupée de la Mère de Dieu à Éphèse. J'ai fait le chemin de la Crois avec elle et cinq autres femmes. Il y avait là la nièce de la prophétesse Anne et la veuve Mara, nièce d'Elisabeth. La sainte Vierge allait en avant des autres ; elle était vieillie et faible ; elle était très blanche et comme transparente. Son aspect était singulièrement touchant. Il me semblait qu'elle faisait ce chemin pour la dernière fois. Pendant qu'elle était là, je crus voir Pierre, Jean et Thaddée dans sa maison.

Je vis la sainte Vierge très affaiblie par l'âge ; il n'y avait pourtant en elle d'autre signe de la vieillesse que l'expression du désir qui la consumait et qui la poussait en quelque sorte à sa transfiguration. Elle avait une gravité ineffable. Je ne l'ai jamais vue rire, mais seulement sourire avec une expression touchante. Plus elle avançait en âge, plus son visage paraissait blanc et diaphane. Elle était maigre, mais je ne lui vis pas de rides ni aucune marque de décrépitude : elle était devenue comme un pur esprit.

VII - La sainte Vierge sur son lit de mort. Adieux des femmes.

(Le 9 août 1821.) J'allai dans la maison de Marie, à environ deux lieues d'Ephèse. Je la vis dans sa cellule, qui était toute tendue de blanc, étendue sur une couche basse et étroite ; sa tête reposait sur un coussin rond. Elle était faible, pâle et comme consumée par un ardent désir. Sa tête et toute sa personne étaient enveloppées dans un long drap ; une couverture de laine brune était posée par-dessus.

Je vis cinq femmes entrer dans sa cellule et en ressortir l'une après l'autre, comme si elles lui avaient fait leurs adieux. Celles qui sortaient faisaient des gestes touchants qui exprimaient leur douleur. Je remarquai parmi elles la nièce de la prophétesse Anne et Mara, nièce d'Élisabeth, que j'avais vues au chemin de la Croix.

Je vis ensuite six apôtres assemblés là : c'étaient Pierre, André, Jean, Thaddée, Barthélémy et Mathias. Il y avait aussi Nicanor, un des sept diacres, qui était très actif et très serviable. Je vis les apôtres à droite, dans la partie antérieure de la maison ils y avaient disposé un oratoire et ils étaient en prière.

VIII - Arrivée de deux autres apôtres. L'autel. Boîte en forme de croix pour les objets consacrés.

(Le 10 août 1821.) Le temps de l'année où l'Église célèbre l'assomption de la sainte Vierge est bien celui ou elle a eu lieu réellement ; seulement l'anniversaire ne tombe pas le même jour tous les ans. Je vis aujourd'hui arriver deux autres apôtres avec leurs vêtements relevés comme des voyageurs : c'étaient Jacques le Mineur et Matthieu, son demi frère, car Alphée, étant devenu veuf, avait épousé Marie, fille de Cléophas. Il avait eu Matthieu d'un premier mariage.

Je vis hier soir et ne matin les apôtres rassemblés et célébrant le service divin dans la partie antérieure de la maison, où ils avaient, dans ce but, enlevé nu disposé autrement les cloisons mobiles qui formaient des cellules. Une table, avec une couverture rouge et une autre blanche par-dessus, servait d'autel. Chaque fois qu'on en faisait usage pour une cérémonie sacrée, on la plaçait contre le mur, à droite du foyer dont on se servait encore chaque jour, et on la retirait ensuite. Devant l'autel était un tréteau couvert, au-dessus duquel était étalé un rouleau écrit. Sur l'autel était placé un vase en forme de croix, fait d'une matière brillante comme la nacre de perle ; il avait à peine un palme en longueur et en largeur, et contenait cinq boites fermées avec des couvercles d'argent. Dans cette du milieu se trouvait le Saint Sacrement ; dans les autres, du chrême, de l'huile, du sel et des brins de fil, ou peut-être de la laine avec d'autres objets bénits. Elles étaient si bien fermées que rien ne pouvait couler au dehors.

Les apôtres, dans leurs voyages, portaient cette croix pendue sur la poitrine sous leur vêtement. Ils avaient en cela quelque chose de plus que le grand prêtre des Juifs quand il portait sur sa poitrine l'objet sacré de l'ancienne alliance.

Je ne me souviens pas bien s'ils avaient des reliques dans une de ces boîtes ou ailleurs ; je sais seulement qu'en offrant le sacrifice de la nouvelle alliance, ils avaient toujours près d'eux des ossements de prophètes, et, plus tard, de martyrs ; de même que les patriarches, lorsqu'ils sacrifiaient, plaçaient toujours sur l'autel des ossements d'Adam ou de ceux de leurs ancêtres qui avaient été dépositaires de la promesse. Jésus-Christ, dans la dernière cène, leur avait commandé de faire ainsi. Pierre, en habits sacerdotaux, était debout devant l'autel, les autres étaient rangés derrière lui. Les femmes se tenaient au fond de la salle.

9 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (2)

1. barouix 23/07/2010

tout ce qui parle d''amour et de respect sont libre d'aimer son prochain comme lui meme

2. Kruch Agnès 27/12/2009

j'ai visité ce printemps la maison de la vierge à Ephèse, cette maison est comme vous l'avez décrite, mais elle comporte une porte au fond à droite ou les touristes peuvent ressortir, il y a également toute une série de robinets qui canalisebr l'eau d'une source qui se serait mis à couler quand la vierge s'est installée près d'Ephèse, la guide nous parlait d'ne sépulture dans la foret, mais ce n'est pas possible puisque la vierge est montée au ciel, il règnait une atmosphère de receuillement et de prières, dommage les religieuses qui s'occupent de l'endroit faisaient activer le passage et la visite, c'est vrai qu'il y avait beaucoup de monde, c'est un endroit qui mérite d'etre vu

Ajouter un commentaire

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 

 


compteur de visite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site