Marthe Robin, martyre pour une nouvelle Pentecôte d'Amour

1902-1981

Encéphalite, paralysie, alitement, inédie, agrypnie, cécité,

et stigmates pendant plus de 50 ans.


Marthe Robin est née le 13 mars 1902, à Châteauneuf-de-Galaure (Drôme), sixième enfant d'une famille d'agriculteurs. Elle étudie à l'école primaire du village jusqu'en 1915, qu'elle quitte pour travailler à la maison et dans les champs. Une encéphalite "léthargique" la saisit en novembre 1918 et la laisse dans le coma pendant 27 mois. C'est à l'âge de vingt ans que Marthe Robin se sent appelée, à l'instar de tous les grands mystiques, à offrir sa vie "pour la conversion des pécheurs et la sanctification des âmes". Le 15 octobre 1925, découvrant sa vocation particulière à la souffrance ("école incomparable du véritable Amour"), elle consacre sa vie à Dieu par un "acte d'abandon à l'amour et à la volonté de Dieu": "Seigneur mon Dieu, vous avez tout demandé à votre petite servante; prenez donc et recevez tout. En ce jour, je me remets à vous sans réserve et sans retour." En 1926, rechute de sa maladie, ses jambes sont paralysées, elle mange à peine et reste alitée.

En 1929 ses bras se paralysent à leur tour. En 1930, elle entre au tiers ordre franciscain où elle devient une "vierge consacrée" en août. Fin septembre, Jésus lui apparaît et elle reçoit les stigmates. Elle commence à vivre la passion du Christ chaque jour et plus intensément, dit- on, le vendredi. Sa maladie évolue jusqu'à la paralysie totale des quatre membres et la perte de la vue en 1940 : Marthe Robin restera pendant plus de cinquante ans alitée, sans dormir, sans boire et ne se nourrissant que de d'hosties.
Image : Marthe Robin dans son lit.

En 1936, elle invite "de la part de Dieu" le père Finet, sous- directeur de l'Enseignement Catholique de Lyon, à fonder un "foyer de charité, de Lumière et d'Amour" pour accueillir des retraites spirituelles. Ce sera le premier des 75 établissements qui, depuis, ont vu le jour à travers le monde dans plus de 40 pays et qui disposent même désormais d'un site Internet.

Aujourd'hui, ces communautés "accueillent et regroupent des hommes et des femmes qui, à l'exemple des premiers chrétiens, mettent en commun leurs biens matériels, intellectuels et spirituels". Jusqu'à sa mort, le 6 février 1981, Marthe vivra dans sa chambre de la ferme, à Châteauneuf- de- Galaure, où elle recevra des milliers de visiteurs. Les lieux sont toujours ouverts au public.
Image : La maison de Marthe Robin.

L'enquête diocésaine en vue de la béatification de Marthe Robin a été ouverte par l'évêque de Valence (Drôme) en mai 1991. Elle a pris fin pour la Pentecôte 1996, date à laquelle le dossier a été déposé à la Congrégation de la Cause des Saints à Rome. Il suit son cours...

 

 

 

"La prière est le parfum qui charme,
la fraîcheur qui captive,
l'aimant qui attire,
la grâce qui enivre,
la douceur qui enchante.
Si l'âme est triste, elle la relève,
si elle dort, elle l'éveille,
si elle est joyeuse, elle la modère,
si elle est dans les ténèbres,
c'est le rayon Divin
qui, doucement, descend sur elle
et la ravit en Dieu."

"Chercher Dieu, c'est la Foi...
Le trouver, c'est l'Espérance...
Le connaître, c'est l'amour...
Le sentir, c'est la paix...
Le goûter, c'est la joie...
Le posséder, c'est l'ivresse...."

Marthe Robin.

 

 

 

Retrato de Marta Robin

3 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (1)

1. lucbreton 17/01/2012

Prions pour la béatification de Marthe
http://marthe-robin.blogspot.com/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.

 

 


compteur de visite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×